Séroprévalence de Borrelia burgdorferi chez les chevaux en Wallonie: un indicateur de la maladie de Lyme ?
12 января 2021 года
10:32
Séroprévalence de Borrelia burgdorferi chez les chevaux en Wallonie: un indicateur de la maladie de Lyme ?
Текст новости:
Title: Séroprévalence de Borrelia burgdorferi chez les chevaux en Wallonie: un indicateur de la maladie de Lyme ?
Author, co-author: Meersschaert, Carole
Abstract: Contexte
La borréliose constitue l’infection transmise par les tiques la plus fréquente dans l’hémisphère Nord. Elle touche tant l’homme que plusieurs espèces animales dont les chevaux. Les interactions complexes entre l’agent pathogène, Borrelia burgdorferi spp, le vecteur, principalement Ixodes ricinus en Europe, et la grande variété d’hôtes potentiels ainsi que l’influence de facteurs climatiques et non climatiques sur ces interactions argumentent en faveur de la nécessité de mettre en place une collaboration interdisciplinaire pour la surveillance et la prévention. Du fait que les chevaux et les hommes partagent souvent le même habitat, les données épidémiologiques collectées chez les chevaux pourront s'avérer utiles pour évaluer les facteurs de risques de la maladie de Lyme chez l’homme. Le manque de cas cliniques documentés chez les chevaux ainsi que le manque de symptômes cliniques spécifiques font de cette maladie un véritable défi sur le plan diagnostique pour les vétérinaires. Les tests sérologiques sont pour cette raison des outils précieux.
Objectifs
L’objectif de notre étude était de fournir des données épidémiologiques fiables concernant la séroprévalence de Borrelia burgdorferi chez les chevaux vivant en Wallonie et d’évaluer la valeur diagnostique des tests sérologiques couramment utilisés (IF et ELISA) de façon à promouvoir une interprétation critique des résultats positifs. Un diagnostic erroné de borréliose va en effet avoir des conséquences néfastes tant pour le cheval que pour la santé publique en terme de la menace que cela représente pour le développement de l’antibiorésistance. En essayant de promouvoir l’utilisation appropriée des tests sérologiques nous souhaitons promouvoir l’utilisation raisonnée des antibiotiques.
Matériel et méthode
Nous avons réalisé une étude de séroprévalence sur un échantillon de 303 sérums prélevés entre avril 2014 et avril 2016 chez des chevaux vivant en Wallonie qui n’avaient pas présenté de signes cliniques suspects de maladie de Lyme au cours des 12 derniers mois. Dans un second temps nous avons évalué la valeur diagnostique des tests ELISA et IF en comparant les résultats de 100 sérums avec les résultats du test western blot, utilisé comme standard de référence. Dans la troisième partie nous avons évalué l’impact de 4 stratégies diagnostiques de prise en charge de chevaux suspects de borréliose et nous avons évalué les conséquences en termes de coût pour le propriétaire et en termes de consommation en antibiotiques en mettant l’accent sur la réduction d’antibiotiques non justifiés. Conclusions
Une séroprévalence de 22% a été observée sur notre échantillon avec un effet significatif de l’âge du cheval sur la séroprévalence (p-valeur=0.02). Aucune association significative n’a pu être mise en évidence entre la prévalence d’anticorps Borrelia burgdorferi et la province où résidaient les chevaux, ni entre la séroprévalence et le mois ou l’année de prélèvement. Lors de l’évaluation de la valeur diagnostique des tests sérologiques nous avons pu observer que les tests ELISA et IF avaient tous les deux une bonne sensibilité et qu’ils sont de ce fait adaptés comme test de première ligne. Leur spécificité est par contre trop basse pour pouvoir se fier sur ces tests pour confirmer un diagnostic de maladie de Lyme. Un deuxième test plus spécifique (WB) est nécessaire pour confirmer les résultats positifs. Par rapport à l’utilisation raisonnée des antibiotiques on a pu observer une diminution possible de 47% d’antibiotiques non justifiés lorsqu’on choisit la stratégie des deux tests.

Связанные объекты: #ELISA (найти в новостях).

Текст со страницы (автоматическое получение):
Séroprévalence de Borrelia burgdorferi chez les chevaux en Wallonie: un indicateur de la maladie de Lyme ?
Name of the degree :
Page number :
[en] Antibiotiques ; Sérologie
[fr] Contexte
La borréliose constitue l’infection transmise par les tiques la plus fréquente dans l’hémisphère Nord. Elle touche tant l’homme que plusieurs espèces animales dont les chevaux. Les interactions complexes entre l’agent pathogène, Borrelia burgdorferi spp, le vecteur, principalement Ixodes ricinus en Europe, et la grande variété d’hôtes potentiels ainsi que l’influence de facteurs climatiques et non climatiques sur ces interactions argumentent en faveur de la nécessité de mettre en place une collaboration interdisciplinaire pour la surveillance et la prévention. Du fait que les chevaux et les hommes partagent souvent le même habitat, les données épidémiologiques collectées chez les chevaux pourront s'avérer utiles pour évaluer les facteurs de risques de la maladie de Lyme chez l’homme. Le manque de cas cliniques documentés chez les chevaux ainsi que le manque de symptômes cliniques spécifiques font de cette maladie un véritable défi sur le plan diagnostique pour les vétérinaires. Les tests sérologiques sont pour cette raison des outils précieux.
Objectifs
L’objectif de notre étude était de fournir des données épidémiologiques fiables concernant la séroprévalence de Borrelia burgdorferi chez les chevaux vivant en Wallonie et d’évaluer la valeur diagnostique des tests sérologiques couramment utilisés (IF et ELISA) de façon à promouvoir une interprétation critique des résultats positifs. Un diagnostic erroné de borréliose va en effet avoir des conséquences néfastes tant pour le cheval que pour la santé publique en terme de la menace que cela représente pour le développement de l’antibiorésistance. En essayant de promouvoir l’utilisation appropriée des tests sérologiques nous souhaitons promouvoir l’utilisation raisonnée des antibiotiques.
Matériel et méthode
Nous avons réalisé une étude de séroprévalence sur un échantillon de 303 sérums prélevés entre avril 2014 et avril 2016 chez des chevaux vivant en Wallonie qui n’avaient pas présenté de signes cliniques suspects de maladie de Lyme au cours des 12 derniers mois. Dans un second temps nous avons évalué la valeur diagnostique des tests ELISA et IF en comparant les résultats de 100 sérums avec les résultats du test western blot, utilisé comme standard de référence. Dans la troisième partie nous avons évalué l’impact de 4 stratégies diagnostiques de prise en charge de chevaux suspects de borréliose et nous avons évalué les conséquences en termes de coût pour le propriétaire et en termes de consommation en antibiotiques en mettant l’accent sur la réduction d’antibiotiques non justifiés. Conclusions
Une séroprévalence de 22% a été observée sur notre échantillon avec un effet significatif de l’âge du cheval sur la séroprévalence (p-valeur=0.02). Aucune association significative n’a pu être mise en évidence entre la prévalence d’anticorps Borrelia burgdorferi et la province où résidaient les chevaux, ni entre la séroprévalence et le mois ou l’année de prélèvement. Lors de l’évaluation de la valeur diagnostique des tests sérologiques nous avons pu observer que les tests ELISA et IF avaient tous les deux une bonne sensibilité et qu’ils sont de ce fait adaptés comme test de première ligne. Leur spécificité est par contre trop basse pour pouvoir se fier sur ces tests pour confirmer un diagnostic de maladie de Lyme. Un deuxième test plus spécifique (WB) est nécessaire pour confirmer les résultats positifs. Par rapport à l’utilisation raisonnée des antibiotiques on a pu observer une diminution possible de 47% d’antibiotiques non justifiés lorsqu’on choisit la stratégie des deux tests.
Research centres :
Target :
Автоматическая система мониторинга и отбора информации
Источник
Другие материалы рубрики
  11 января 2021 года
16:48
Mechanical Forces Orchestrate Brain Development.
  10 января 2021 года
05:45
CA19.9 assays provide clinically different results for the patients